La grande foi

La plupart des êtres humains s’égarent dans les pensées stériles du mental en imaginant une spiritualité basée sur la morale, la discipline et les réalisations de toutes sortes, fermement persuadés que c’est cela « marcher sur la grande Voie des Patriarches du passé ». Cependant leur Coeur n’est pas assez pur pour atteindre la grande Réalité et la libération de toutes les souffrances. Car c’est par le Coeur qu’on atteint le Coeur et non par des exercices ou par la pensée mentale.
Toutes ces nouvelles méditations qui attirent tant de monde ne sont que pratiques éphémères qui ne font qu’ajouter de la confusion à des illusions déjà bien ancrées.
La Grande Voie ne dépend de rien de ce qui est humain. Elle ne dépend ni de la gentillesse, ni de la concentration, ni de la morale, ni des mérites et surtout pas d’une technique de méditation.
On ne doit pas seulement s’asseoir. On doit s’asseoir avec la foi en l’Esprit. Si cette foi est absente, le Coeur ne peut être saisi.
Autrefois, les grand guerriers mouraient avec la foi. En réalité, ils ne mourraient pas car le Coeur n’est pas de ce monde.
Tant qu’on n’atteint pas le Coeur, on reste un être ordinaire soumis aux aléas des idées et des convictions purement humaines. On est alors à la merci de ceux qui ont appris à enchaîner les autres pour mieux les posséder et leur prendre leur argent. Le monde est plein d’imposteurs aux belles gueules et aux mots savant, brillants, logiques qui prennent des attitudes humbles, affables et souriantes.
La raison, la philosophie, les techniques de bien-être et les méditations parfaites d’aujourd’hui ont eu raison de ceux qui marchent à côté de leur Coeur sans jamais le connaître.
Les êtres ne font que nourrir leur égoïsme sans même s’en rendre compte.
On se protège, on s’économise, on cache lâchement ses peurs pour mieux paraître aux yeux des autres libéré, sage et tranquille. Mais personne ne peut échapper à l’Oeil du Coeur.
On peut toujours continuer à se mentir à soi-même et à mentir aux autres mais viendra le temps ou il faudra inévitablement se faire face. Les lamentations, les regrets et les pleurs ne seront alors d’aucune utilité.
Si le Coeur est chargé de toutes les vanités humaines qu’on aura soi-même créées, terre et ciel resteront à tout jamais séparés.

Pénétrer le Coeur de la Voie ne dépend pas de nous mais de l’extraordinaire foi qui nous anime.
Et cette foi dépend de la grande détermination et du grand désir à saisir le Coeur.