Le souffle

Image

Moines

On peut être moine et nourrir des pensées-semences de colère
Envers le point de vue d’un autre.
Le point de vue sectaire fait obstacle à la paix.
Celui qui pense le souffle crée
Car le souffle transporte la pensée autour du monde.
L’attention envers le souffle permet de transformer
Les erreurs mentales.
Moine, prends garde, car tes pensées, paroles et actions d’aujourd’hui
Envoient des nuages dans le ciel de demain.
Le véritable enjeu, c’est de clarifier sa propre conscience,
De ne faire qu’un avec le courant du clair esprit en nous.
Nous pouvons alors agir au présent plutôt que de réagir aux enjeux du passé.
Tout est esprit et l’esprit est Un.
Cela, tout le monde le répète à longueur de journée.
Mais si tout est esprit, alors l’esprit est toute chose.
Par conséquent, nous devons veiller à toute chose,
Au moindre objet, au moindre geste vis à vis des objets.
N’être ni brutal, ni précipité, ni négligeant, ni hésitant.
L’inanimé est-il esprit ? La pierre est-elle esprit ?
A quoi bon catégoriser puisque tout est le grand Esprit :
Ces malheureuses chaussures qui me portent,
Ces habits qui me vêtent et
Ce rasoir qui défriche les illusions fleuries.
On peut être un moine nourrissant des pensées-semences de négligence et d’inattention.
On peut être un moine marchant librement dans le champ sacré de l’Esprit Un.

Harmonie

L’idée de faiblesse est une illusion.
L’idée « qu’on ne peut pas » est une illusion.
Les humains ont le pouvoir de rendre leur pureté
Aux ruisseaux, aux rivières et aux océans.
La rivière de l’esprit se dirige vers sa source,
Elle ne prend nul autre chemin.
Tout vient de la source
Et à aucun instant nous ne nous sommes séparés d’elle.
Cette source contient toutes les eaux, toutes les existences.
Moines, n’inventez pas l’harmonie en dehors de la nature.
L’harmonie du monde, c’est la beauté, les fracas, la souplesse,
La dureté, le bonheur, la douleur, la maladie et la mort.
Mais on préfère inventer des harmonies
Qui ne sont que les projections d’un idéalisme égoïste et purement humain.
La plus belle harmonie est l’acceptation de Ce qui Est.
Dès qu’on cherche une harmonie en dehors de Ce qui Est, c’est la dysharmonie.
Ne soyez pas idéalistes, n’espérez pas et ne regrettez rien.
Quand la rivière coule, elle n’espère pas aller vers la mer
Et ne regrette pas d’avoir été ruisseau.
Quand la rivière coule, elle est source et océan.
Elle est tout à la fois.
En réalité, elle ne vient de nulle part et ne va nulle part.
Elle coule dans un ensemble sans commencement ni fin.
Et puisque la nature de l’eau est partout, elle ne naît pas plus qu’elle ne meurt.
Il en est ainsi pour notre esprit.
La nature de l’esprit est partout, ne regardez pas le bout de votre nez.

Le monde autour

Même si les hommes sont partis,
Pris par les filets des formes et couleurs matérielles
Ou sans avoir ouvert leur cœur,
Les vieux pins animés du même souffle me restent fidèles.
La solitude ne concerne que les humains.
Partout autour de moi, les êtres apprécient ma présence comme j’apprécie la leur.
Il n’y a jamais de malentendu avec les esprits de la nature.
On les dit purs car ils sont non dualistes, non conflictuels
Et animés par un seul et même cœur.
Chez les êtres humains, il y a souvent deux paroles.
Dans ma solitude, je porte les saisons et les quatre éléments.
Rien n’y manque, à part de temps en temps,
La présence de congénères avec qui échanger quelque mondanité.
Je laboure mon esprit avec les griffes des nuages
Mais ne creuse pas le ventre de la terre.
La vraie méditation n’a aucun sujet sur lequel méditer.
Juste s’asseoir suffit.
Les Bouddhas et Patriarches n’en ont pas parlé.
Parmi mes ancêtres, on trouve un Oneidas ou Onneiouts, une nation parmi les six nations Haudeno Saunee (Iroquoienne).
Les enseignements Ywahoo datent de plus de 133.000 ans.
Cette pratique clarifiait les canaux du corps
Afin de faire l’expérience de la Nature véritable de son propre esprit
Et reconnaître la relation subtile que l’on entretient avec le monde autour de soi.
Comprendre la Nature de son esprit, c’est comprendre les dons de la vie.
Pas un seul d’entre nous ne vit ni n’agit seul en ce monde
Et celui qui pense le contraire ne rencontre que souffrance.
Voir la beauté en ceux qui nous entourent,
Reconnaître l’étincelle de l’esprit en ceux que nous rencontrons,
C’est une grâce pour tous et aussi pour nous-mêmes
Car nous laissons la lumière danser avec force dans notre propre conscience.

Les nuages en fleurs

Un esprit est un endroit où il n’y a nulle part où demeurer,
Une maison est un endroit où dansent 10.000 rêves.
Ma vie est comme une fleur sauvage
Où butinent les cœurs esseulés et pauvres.
Le don de la vieillesse sont les couleurs de l’automne riches et profondes.
Celui qui, sans peur, s’en approche en reçoit le pollen éternel.
Être assis sur la terre, c’est être capable d’une pensée éveillée et intime.
Moins on s’agite et plus l’arc en ciel de sagesse nous couronne.
Mes pensées sont inscrites dans la forme des nuages
Mais mes paroles sont encore à venir.
L’homme le plus riche est celui qui peut donner le plus.
Nous rendons hommage à la terre et au ciel en donnant
Car il vaut mieux avoir un peu de ce qui est bon
Que posséder beaucoup de ce qui ne l’est pas.
Les fleurs les plus fragiles se frayent un chemin et poussent
Au milieu des pierres les plus dures.
La lumière de la lune ne laisse pas d’empreinte sur la forêt.
Nous aussi nous passerons sans bruit…